Il n’y a rien d’autre

Il marche dans les rues étroites de l’antique village de St-Macaire. Il s’arrête, contemple l’église construite au XIIème siècle. Vignes, fines herbes et mousses poussent sur la vieille pierre. Un jour cette image, ce souvenir, s’éteindront avec lui. Il sort un calepin et un crayon de son sac, esquisse ce jardin insolite.

St-Macaire

Il s’arrête, contemple l’église construite au XIIème siècle. Vignes, fines herbes et mousses poussent sur la vieille pierre.

Le soleil aussi s’éteindra. Cette église, ce village disparaissent, c’est tout ce monde qui s’anéantit avec les objets, les êtres, les oeuvres qu’elles ont inspirées, les mots inventés pour les décrire et les comprendre. Il n’y a même pas de ruines, il n’y a plus rien.

Apaisé et effrayé, il s’assoit par terre. Son dessin terminé, il veut écrire au bas de la page: « Il n’y a rien d’autre que la vie ».

Passe devant lui sans le regarder une grande adolescente un peu voûtée, portant un énorme casque d’écoute sur la tête.

Il n’écrit rien.

Publicités
Cet article, publié dans Art et vie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s